Anaïs Prouzet

Née en 1992

Étudiante en 5e année à l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole

Dans une version indonésienne du célèbre conte de Cendrillon, cette dernière met sa demi-sœur dans un chaudron d’eau bouillante puis la découpe et fait mariner le tout avant de l’envoyer à la mère de la morte pour son repas. Cendrillon cache bien son jeu. Méfiez-vous de la robe blanche et des souris qui rigolent.

Si les adultes sont copiés par les enfants, en reprenant leurs gestes, leurs paroles, leurs attitudes, pourquoi ces derniers ne feraient-ils pas comme eux dans les meilleures situations et surtout dans les pires et jusqu’à ce que la mort les sépare ? C’est bien comme ça que ça se termine non ?

Et c’est précisément ce qu’elles font. Des petites dames dociles et bien élevées. Une petite société formée et éduquée par « Bambi », « Sophie », « Alice » habillée par D&G tout en lisant Topor et Grimm dans un autre registre. Quoique… Parce que c’est bien ça qui les intéresse. La mort et toutes ses nuances délicieuses. Oui, la gourmandise, les enfants adorent ça. Sophie en fait des overdoses d’ailleurs.

Jolies, petites, mignonnes, naïves jeunes filles bien vêtues et ornées de toucans ou de dentelle blanche. On y voit des arcs-en-ciel et des soleils. Ce sont juste de vraies horreurs.

www.anaisprouzet.fr