Balthazar Heisch

Né en 1991

Étudiant en 4e année à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs

Aujourd’hui en année de mémoire, je peux tirer deux grandes lignes de réflexion qui sous-tendent mon travail et diviser ce book fidèlement à ces principes : j’ai d’une part la volonté maintenue de défaire, par ma production artistique, les codes historiques de domination en horizontalisant les caractères qui ont trait au genre, au sexe, à la notion de race ou de capital. Cette démarche est fermement liée à ma conception queer et post-moderne du réel, et me permet aussi d’effacer la hiérarchie ontologique entre fiction et réalité. Sur ce terreau vient s’ancrer une deuxième dynamique, celle de la recherche de transcendance. Mon penchant pour la performativité me guide dans une production à l’esthétique radicale, j’y commets des objets et des moments consommables, mystiques, « expériençables », dionysiaques qui servent la réconciliation entre un esprit libertaire et un réel à la matérialité trop souvent rigide.

À travers une recherche protéiforme, ma pratique se focalise sur un noyau dur unique : l’humain et les moyens de lui rendre justice. On peut dire que cette obsession est assouvie au moyen de deux biais : l’un politique, par lequel je formule des œuvres parlantes et didactiques destinées à la déconstruction des normes obsolètes. Je tente de parvenir à un paroxysme de l’individualité et de l’indétermination, de l’indéterminisme, et à une permission de fluctuation de la personnalité dans les groupes auxquels l’individu est assimilé le second sensoriel, visant à générer des pulsions dionysiaques à travers des travaux immersifs qui pourraient ramener l’humain à sa psyché sauvage. Cet espace – à la fois réalité psychique, folklore et fiction totale serait le haut lieu de la dignité de l’inconscient, de l’humain libéré de sa civilité, et la place forte du triomphe des passions.

www.balthazarheisch.com