Bilyana Furnadzhieva

Née en 1992

Étudiante en 5e année à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris

À travers mes pièces, je voudrais exprimer ma fascination devant la créativité de la Nature. Je suis toujours émue par la variété de couleurs, de formes et de sons de la forêt et j’ai envie de les représenter dans mon travail. Il y a dans les forêts des histoires à raconter, de plonger dans des mythes, dans leurs atmosphères irréelles, de ne pas avoir peur des mystères et des sorcières. Selon moi le rôle de la sorcière de nos jours est de s’inspirer le plus possible des forces et des phénomènes naturelles et de les traduire, de faire passer le message qui nous relie à jamais à nos racines.

Les instruments de musique que je crée reflètent mon désir de lier la sculpture, la musique et la performance d’une façon personnelle. Dans un milieu naturel mes pièces musicales dialoguent avec les sonorités spécifiques et les bruits déjà existants, une évocation du temps qui passe, de l’éphémère et du transitoire. Les rythmes qu’on reprend sont pour moi le langage primaire qui fait vibrer nos corps.

Dans le cadre d’une exposition mes œuvres seraient articulées autour du sujet clé, rapprocher la Nature et le public, composeraient une narration visuelle et sonore. J’ai envie de réaliser des dispositifs musicaux en appliquant plusieurs techniques et matériaux. La transparence de l’eau et l’aspect diaphane de la porcelaine viendraient donner forme aux sonorités cristallines dans des bols chantants amplifiés. Créés par les interactions de bois et de métal, les grincements et les tapotements composeraient des morceaux improvisés et “sauvages”. Mon envie est de mettre en place des séries de performances sonores, en duo ou solo, pour faire voyager les esprits. Les interventions dans les espaces d’exposition proposeraient au public de plonger dans des atmosphères hivernales et sereines.