Grégoire Schaller

Né en 1993

Etudiant en 4e année à l’ENSCI – Les Ateliers

Mon travail se situe à la croisée de la vidéo, des arts visuels, du design, de la mise en scène et de la chorégraphe. Il relève d’une volonté d’interroger le lien entre objet et narration, par le biais de personnages fictifs. D’abord orienté vers la création industrielle, je me suis progressivement intéressé à la transgression de l’usage que nous avons de nos objets, qu’ils soient symboliques, réels ou fictifs. Il se veut une possibilité ouverte de quitter nos relations normatives à ceux-ci. Hors des scénarii d’usage traditionnels, j’envisage ces artefacts comme des déclencheurs d’espace-temps fictionnels. La fabrication et la pratique performative de ces choses vise à leur restituer une charge de sacralité qui pourrait faire rentrer les hommes à nouveau dans le rite.

Cette recherche s’incarne dans un amalgame de mediums, de la vidéo à la sculpture, de l’objet à la performance, l’installation et l’écriture. Elle prend appui dans des références aux champs du documentaire, de la philosophie, de la pornographie, de la mystique chrétienne ou encore de la vulgarisation scientifique. En quoi la dysfonction influe-t-elle sur le rapport au corps, sur le statut même de l’objet ? Quels degrés de porosité trouve-t-on entre l’outil, servant un idéal fonctionnel, et la chose, l’œuvre ?

Mon travail interroge le rapport trouble et universel que nous entretenons avec nos fantasmes, nos peurs, nos désirs et la violence constitutifs des rapports humains.

www.gschllr.com