Nana-Poku Cheremeh

Né en 1992

Étudiant en 5e année à l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Paris

Nana-Poku Cheremeh utilise ses souvenirs pour dérouler des histoires, où il est question d’une réalité psychotique, un art du portrait onirique ou encore des sentiments repoussants. Il fait du mieux qu’il peut pour donner de la beauté à ses pensées les plus obscures, en leur insufflant une signification positive, avec l’importance idéalisée de la lutte et de la souffrance. Le processus artistique est devenu pour lui un puissant outil afin de surmonter les difficultés de son adolescence.

Poku aime également imaginer une issue possible à sa réalité actuelle. Il s’identifie lui-même à travers des éléments comme la nourriture et l’orgasme qui l’ont marqué. Par exemple, la souffrance est source d’inspiration, source d’émancipation et source de connaissance tout autant que d’effort. Issu d’une famille aux revenus modestes du Ghana, Poku a pu suivre une éducation secondaire dans une école privée grâce aux fatigantes heures de travail et aux sacrifices de ses parents.